Maman au foyer… une grande aventure pas toujours facile!

Selon l’idée répandue, une maman au foyer est FORCEMMENT une bonne cuisinière. Parce qu’elle a supposément du temps pour le faire. Hors, je suis maman au foyer mais j’ai horreur de la cuisine. Le concept qui tend à passer des heures aux fourneaux pour un truc avalé en 5 minutes, c’est quelque chose qui me dépasse complètement.

Pourtant, plus j’avance dans le temps, plus je modifie ma façon de voir. Pourquoi? Parce que j’aime manger. Raison essentielle!

J’essaie donc de trouver des recettes rapides mais bonnes, et je commence à bien étoffer mon livre de cuisine. J’ai découvert aussi qu’un plat tout simple peut devenir sympa avec des épices, des herbes et des condiments différents. Et qui sait, je serais peut-être un jour un cordon bleu!

epices.jpg

juin 6th, 2017 at 11:09  |  Réagir | Permalink

Youhou? Y’a quelqu’un?

Dites, je bats des records avec plus d’un an d’absence!

Je vous fait un petit résumé de cette année riche en rebondissements.

Ma dernière note parlait de ma nouvelle activité d’assistante maternelle ou maman de jour. Je suis toujours assistante maternelle! Je viens de terminer la formation obligatoire en Suisse (en tout cas dans ma région). J’ai eu plusieurs contrats, dont certains ce sont mal passés. En janvier de cette année, après des moments difficiles, j’ai bien failli tout arrêter.

Pourtant, à ce jour, je compte deux contrats en cours et un futur dont je suis très contente. J’ai fini par m’épanouir dans ce “travail”. Mes enfants sont toujours très contents d’avoir de petits amis à la maison.

Au niveau personnel, une grande nouvelle s’est annoncée en décembre. Nous avons trouvé une maison de 1951 à rénover pour laquelle nous nous sommes portés acquéreurs. Elle était très peu chère et nous étions une dizaine sur les rangs. Nous avons été choisis et nous y sommes installés depuis fin mars de cette année (le 26, jour de mes 28 ans) après y avoir fait quelques transformations urgentes (la maison était dans son jus d’époque).

Depuis, la vie est rythmée par les gardes d’enfants et les rénovations que nous continuons, le soir et le week-end. Il nous reste à aménager des chambres pour les enfants dans les combles (ils dorment ensemble dans le futur bureau). La terrasse est à terminer l’été prochain, de même que la rénovation du jardin qui a eu bien du mal au cours des ans (on peut dire sans mentir qu’il est devenu presque sauvage).

Pour l’instant, nous travaillons dans la buanderie, que Monsieur mari a repeinte et réaménagée. Reste encore quelques détails à mettre en place.

Les joies de la rénovation ont laissé des traces: je me suis malencontreusement cassé deux pouces! Nous avons sorti de la buanderie un bassin en pierre qui servait à laver le linge et qui nous prenait trop de place. En le transportant dehors sur des chariots, nous avons buté contre le seuil du garage. Monsieur Mari m’a donc proposé de mettre une cale sous le bassin pour le basculer par-dessus le seuil à l’aide d’un kric. Chose que j’ai faite mais tendis que je finissais d’ajuster la cale, Monsieur Mari a reposé le bassin. Mes deux pouces étaient dessous et ont été cassés. Depuis le 18 octobre, je porte donc des attelles à chaque pouce et mercredi j’ai rendez-vous chez le médecin pour un examen de contrôle qui dira si oui ou non je peux abandonner les attelles. Je me tiens les pouces croise les doigts pour que les nouvelles soient bonnes.

A bientôt pour d’autres aventures!

novembre 28th, 2011 at 12:11  |  Réagir | Permalink

Bonjour tout le monde!

Rheuu rheuuu dites, ça commence un peu à se poussiérer par ici non? Aïe aïe aïe, mon luste suisse en prend un coup :-)

Comme je le mentionnais dans la note précédente, je prévoyais de prendre un petit temps de congé histoire de paufiner mon roman en cours de route.

Oui bin en fait non.

Pouf là, imaginez-vous qu’un job m’est tombé sur le coin du nez!

C’était un soir, un couple de connaissances cherchait à tout prix à trouver quelqu’un pour garder leur fils trois jours et demi par semaine. Dans l’urgence, on fait ce qu’on peut hein! Pour être sincère, j’ai été très honorée qu’on me le demande… j’ai pris ça comme une grosse responsabilité. Et pif pof, je me suis inscrite comme assistante parentale (assistante maternelle pour mes amies françaises, ou maman de jour pour mes amies suisses) officielle dans la foulée.  J’ai pu commencer de suite, et je vais suivre la formation au fur et à mesure. Ce qui tombe bien, les assistantes parentales deviennent rarissime. Bin oui, quelle maman peut garder d’autres enfants chez elle à la maison quand toutes les femmes travaillent?

En fait je pensais le faire, mais plus tard, une fois que mes enfants seraient à l’école. Histoire de bien délimiter les miens et les autres. Mais je me suis dite finalement que tout ça, c’était aussi une expérience enrichissante pour eux!

Nous voilà donc lancés dans cette grande aventure. Je me ferais donc un peu plus rare, mais je viendrais quand même vous faire le maximum de coucous :-)

A bientôt!

octobre 6th, 2010 at 3:24  |  1 Commentaire | Permalink

Voilà voilà… je prend une semaine ou deux de vacances, parce que je suis en train de terminer mon second roman (pas encore publié, ni celui-là ni le second).

Je vous rejoins donc plus tard!

A bientôt!

Bises

Maman en Construction

septembre 23rd, 2010 at 10:21  |  1 Commentaire | Permalink

Ceusses qui en ont sont déjà au courant. Hum.

D’abord, ce n’est pas très propre…  évitons les descriptions caca popo, des fois que vous en soyez à votre pause repas!

Mais ensuite ça commence à manger du solide et là, on est pas sortis du sable… ça crache et ça éternue la bouche pleine, plus tard ça mange avec ses doigts! Je me demande toujours si le fils de Nadine de Rothschild à eu le droit de manger avec ses doigts?

Et puis bon, ça rampe, ça grimpe, ça met tout par terre et c’est champion du bazar toute catégorie!

MAIS (ah bin oui, y’a un mais, sinon on en fabriquerait pas!)

ça vous fait des sourires avec ou sans dents à tomber à la renverse.

ça vous regarde comme si vous étiez la seule personne au monde.

ça rampe vers vous avec des étoiles pleins les yeux.

ça vous raconte des trucs incompréhensibles avec un sérieux à la Vladimir Poutine (si parfaitement, Vladimir Poutine est très sérieux!) à rouler par terre de rire (quoi? Vous roulez en l’air vous?).

ça vous fait un sourire à fondre alors que vous le/la grondez parce qu’il/elle a fait une bêtise.

ça vous regarde dans le blanc des yeux et ça vous dit: “ze t’aime maman”.

ça vous fait des bisous pleins de bave qui chatouillent.

C’est juste le plus beau cadeau que puisse vous faire la vie.

septembre 22nd, 2010 at 10:03  |  Réagir | Permalink

Voilà un sujet qui a souvent été la cause de discussions houleuses entre mon papa et moi.

Lorsque je présente un plat, j’aime qu’il soir précisément bien présenté. Avec des couleurs agréables à l’œil et non un teint maronnasse laissant songeur. Avec une disposition qui donne envie de s’y attarder. Mais selon mon papa, c’est ce qu’il y a dans l’assiette qui compte.

D’une façon plus générale, on peut évidemment vivre dans le bazar le plus total, dans un cadre de vie moche et pouvoir dormir la nuit le mieux du monde.On peut manger des substances à l’apparence douteuse et digérer au mieux.

Mais je dis moi que tant qu’à vivre, autant vivre joliment.

Avoir une décoration agréable, une table bien mise, une assiette joliment présentée, voilà qui rajoute un peu de couleurs à l’existence.

Bien sûr, il n’y a peut-être que moi qui prête attention aux fleurs sur la table ou aux épices que j’ai saupoudrées sur les bords de l’assiette pour faire joli. Mais ça me fait plaisir à MOI. Et ça embellit ma vie à MOI.

J’ai plus le cœur à rentrer dans une maison agréable que dans un bordel sans nom. Et le repos qu’elle me procure est bien meilleur, j’en suis certaine.

Mettez de la beauté dans votre vie, et elle sera bien plus chatoyante.

septembre 21st, 2010 at 10:16  |  1 Commentaire | Permalink

Parce que j’aime faire trop de choses. Du dessin, du bricolage, de la peinture, de la sculpture, de l’écriture, du chant, de la couture, de la décoration, etc.

Pour le chant, c’est plus facile. Je fais partie d’une chorale et donc les répétitions agendées chaque semaine ont facilement pris place dans mon petit quotidien.

Mais il me reste d’autres plages vides que j’aime à occuper avec des activité créatrices.

Le malheur, c’est que quand je fais quelque chose j’aime le faire à fond. J’ai illustré un temps des auteurs jeunesse sur internet.

J’ai bricolé aussi sur des petites choses en bois et en carton.

J’ai donné des conseils en décoration

Mais à chaque fois, j’ai fait l’activité dite à fond et je m’en suis lassée. Alors je recommence des milliers d’autres choses dans parvenir à me fixer vraiment… c’est grave docteur?

septembre 17th, 2010 at 9:57  |  Commentaires (2) | Permalink

En fait, je suis pas tellement branchée politique.

Pas tellement que je ne me sente pas concernée, bien au contraire. La politique décide de beaucoup d’aspects importants de notre société et donc de notre vie. Ce serait bien bête de passer à côté.

Surtout qu’ici en Suisse on peut voter sur un tas de choses: des projets de loi, des initiatives, etc. Chacun a donc la possibilité d’exprimer son opinion sur les sujets en consultation (et même de proposer un sujet s’il recueille suffisamment de signature dans ce sens), ce qui n’est pas un mince privilège selon moi. D’autant que maintenant, on peut voter par correspondance. On reçoit une enveloppe quelques temps avant les votations (qui ont lieu plusieurs fois dans l’année) avec tout le matériel nécessaire: une petite information sur l’objet du vote, le bulletin sur lequel on écrit si on est d’accord ou non  ainsi qu’une petite enveloppe pour le glisser (le vote est anonyme). On renvoie le tout avec une enveloppe déjà prête (oui bon, il faut l’affranchir… mais on peut aussi l’apporter directement au bureau de sa commune) et hop! C’est fait. Il y a quelques années, il fallait se déplacer au bureau de vote de sa ville ou son village durant un temps donné (souvent le dimanche matin, d’où le nombre impressionnant d’abstentions, à mon avis, remplir son petit bulletin et hop! Le jeter dans l’urne. Bon c’était aussi un moyen de rencontrer d’autre gens, de pourquoi pas aller boire un verre, etc.

Les femmes, en Suisse, ont eu le droit de vote très tard (au niveau national en 1971!). Mais il paraît que dans le secret des urnes (pardon des foyers), beaucoup de femmes des anciennes génération votent comme leur mari. Chez nous, nous en discutons et nous en arrivons souvent au même point de vue.

Ce qui m’ennuie moi dans la politique, ce sont les partis divers et variés. Gauche, droite, milieu, voire même entente entre divers d’entre eux. Socialiste, UDC, Démocrate chrétien, etc. etc. Un inventaire à la Prévert dans laquelle je trouve difficile de voir son intérêt. Si on veut se lancer en politique, il vaut mieux faire parti d’un parti (huhu) histoire d’avoir le soutien de ce dernier (financier et relationnel). Or, si certains partis ont une ligne directrice qui peut me convenir, je suis rarement en accord avec eux sur tous les sujets. Voilà qui n’aide pas à choisir.

Parfois je me dis que c’est dommage. S’investir plus dans la politique permettrait de faire avancer les choses, donner son point de vue… mais les lignes sont déjà décidées d’un parti à l’autre et à mon avis il est difficile de les faire changer, à moins d’être haut placé. Ce que je ne suis pas, du haut de mon mètre cinquante et un ;-)

Et vous, ça vous intéresse la politique?

septembre 16th, 2010 at 10:52  |  Réagir | Permalink

C’est la stricte vérité. Une petite manie que j’ai parmi tant d’autres.

Pourtant Dieu sait qu’en restant majoritairement à la maison, je n’ai plus vraiment besoin de lire l’heure ailleurs que sur la pendule de la cuisine.

Mais voilà qu’il y a eu un concours dans le centre commercial près de chez moi et j’ai gagné un gros rabais sur un article de bijouterie. Et comme j’avais craqué sur une superbe montre, je ne me suis pas privée. Voici l’objet du délit:

Parce qu’il faut aussi savoir se faire plaisir, de temps à autre… et parce que comme ça, mon mari et moi, nous avons la même marque de montre!

septembre 15th, 2010 at 9:39  |  Commentaires (2) | Permalink

Voilà un prénom que l’on entend à tort et à travers tous ces derniers jours. Mais si vous veniez de Mars et que vous tombiez sur cet article, je vous fait un petit résumé.

L’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani a été accusée d’adultère et de complicité du meurtre de son mari en 2006. La peine prononcée est d’être exécutée par lapidation dans son pays. Sajjad Mohammadi Ashtiani, le fils de Sakineh, 22 ans, a déclaré ne plus avoir de nouvelles de sa mère depuis que ses “aveux”, que sa famille et ses avocats considèrent comme forcés, avaient été diffusés par la télévision iranienne le 11 août. “Les visites hebdomadaires sont interdites”, a-t-il dit.

Sur le site de la revue «La règle du jeu» et le blog «Dentelles et Tchador», le journaliste franco-iranien Armin Arefi explique s’être entretenu au téléphone avec le fils de cette Iranienne de 43 ans, Sajjad Mohammadi Ashtiani. Selon ce dernier, sa mère a été condamnée à 99 coups de fouet supplémentaires pour avoir propagé «la corruption et l’indécence», en raison de la publication d’une photo dans un quotidien britannique (qui vraisembablement n’était pas une photo d’elle, a-t-on appris plus tard). La condamnation à mort par lapidation de Sakineh a déclenché une vaste campagne internationale pour éviter ce châtiment qui a été provisoirement suspendu, mais qui devrait être appliqué après la fin du Ramadan, soit ces jours.

Cette affaire m’interroge. Il semblerait selon certaines sources que cette brave femme ne soit pas coupable des faits qui lui sont reprochés. Mais depuis sa surexposition médiatique, l’Iran veut en faire un “exemple”. Voilà qui nous ramène à l’éternelle incompréhension entre l’Occident et le Moyen Orient.

Cette peine est barbare, j’en conviens plus que volontiers. Mais ce qui m’interpelle moi, c’est que cette histoire déclenche tant de réactions dans le monde occidental (notamment en France ou la Première Dame qui a pris position d’est vue taxée de “prostituée” par certains médias iraniens).

Sakineh n’est sans doute de loin pas la première femme dans le cas où elle se trouve. Un certain nombre d’autres on été exécutées dans l’anonymat et l’indifférence la plus totale. D’ailleurs, beaucoup d’hommes et de femmes ont été exécutés injustement par un pouvoir arbitraire et cruel, et ce, je le répète encore, dans l’ignorance générale absolue. Je m’interroge d’abord sur le pourquoi de cette femme-ci, et pas une autre.

Ensuite, à mon humble avis, s’il faut faire plier le pouvoir iranien (qui ne reflète pas l’opinion générale de la population locale, j’aimerais qu’on ne l’oublie pas), ce n’est pas de cette façon qu’il faut s’y prendre. Je ne suis certes pas spécialiste des questions et des régimes moyen-orientaux, ni qualifiée en aucune façon que ce soit en diplomatie, mais je sais que pour faire entendre raison à quelqu’un, l’attaque frontale est rarement la meilleure option. Surtout devant un pouvoir qui se veut anti-occidental. On ne fait là que jeter de l’huile sur le feu et malmener un peu plus cette pauvre femme qui doit déjà en baver suffisemment.

Juger la justice iranienne et la prononcer indigne est un auto goal assez remarquable. Comment espérer faire plier un pays qu’on insulte? Comment obtenir la clémence lorsqu’on condamne?

Ce n’est pas tant l’affaire en elle-même qui me préoccupe, mais la façon avec laquelle on espère lui donner une issue favorable qui me cause du souci.

Je crois que nous (enfin quand je dis “nous” je parle de ceux qui sont la voix officielle occidentale et européenne) ne pourrons jamais ouvrir un dialogue en continuant à procéder ainsi face à l’Iran dans ce cas particulier. Certes, on ne peut pas rester toujours dans le protocole et la discussion. Il faut aussi un temps d’action et de combat, si nécessaire. Mais il n’y a eu dans ce cas ni protocole, ni discussion. Je ne parle même pas de la maladroitesse des médias, anglais en particulier, qui ont envenimé la situation par leur ignorance et leur manque de tact. Évidemment, on peut argumenter en faveur de la méthode forte en disant que l’Iran ne connaît ni le tact, ni le protocole. Je suis d’accord. Mais il ne faut pas perdre de vue le but de la manœuvre: faire entendre raison à l’état iranien sur cette peine démesurée. Et lorsqu’on veut obtenir quelque chose, il faut souvent savoir se montrer plus souple que son adversaire, sous peine d’aller droit à l’échec.

Il faut parfois savoir régler les conflits avec tact et subtilité, au risque de braquer l’autre partie. Si une chose que mon travail de maman m’a apprise, c’est bien celle-là.

septembre 14th, 2010 at 10:02  |  Réagir | Permalink

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 33 articles | blog Gratuit | Abus?